Retour – Piste – Championnats du Monde UCI 2015 – Endurance – Poursuite par équipes hommes – Steven Henry: « 

STEVEN-HENRI2L’équipe de France de poursuite par équipes hommes (Bryan Coquard, Julien Duval, Damien Gaudin et Julien Morice), a réalisé doublement son objectif sur ce championnat du monde piste 2015 qui se tiennent au Vélodrome National de Saint Quentin-en-Yvelines.

 

Les tricolores ont en effet battu le record de France de 98 de Ermenault, Capelle, Perque et Neuville (4 mn 00 sec 577 contre 4 mn 02 sec 855), mais en plus ils disputeront le deuxième tour de poursuite par équipes demain dans le sublime vélodrome National.

 

Une vraie double performance, qui a enchanté, cela va sans dire, le box tricolore. Un travail d’équipe, car il faut saluer le jeu joué par les équipes pros Ag2r la Mondiale et Europcar, l’Armée de Terre, qui ont libéré leur coureur pour cette cause national qu’est un mondial piste, mais aussi le travail de de fond réalisé par l’équipe de France, Steven Henry et Samuel Rouyer, aidés de Christian Chaubet et d’un staff de mécanos et kinés au petit soin pour les athlètes. Un vrai collectif « France » qui a tout mis en œuvre pour obtenir ce résultat, à commencer bien évidemment par les coureurs, premiers acteurs de cet acte « fondateur » pour l’équipe de France de poursuite par équipes hommes.

 

« Nous nous sommes améliorés en technique, mais on peut encore le faire », lâchait après sa course, Julien Duval de l’Armée de terre.

SAM-ROUYER1Damien Gaudin (Ag2r la Mondiale) était pour sa part encore plus formel. « On a de bons coureurs en France, en poursuite par équipe, ça je le sais depuis longtemps, et en plus on peut encore aller plus vite. On fait un temps de 4 mn 00 sec alors que le groupe est reconstruction, c’est prometteur. » « On avait un peu ce record en tête, vu les temps que l’on avait réalisé à l’entraînement à Bordeaux, déclare Bryan Coquard de la formation Europcar, maintenant ce qui serait bien demain, c’est de descendre sous la barre des quatre minutes à l’occasion du deuxième tour. » Tout va donc vite pour ce groupe de poursuite par équipes hommes français qui donne l’impression de pouvoir encore progresser, de se bonifier. « On visait quatre minutes cinq, mentionne Julien Morice coéquipier de Coquard, et le public nous a poussé. Il a été formidable, nous a porté pour réaliser ce temps et réaliser ce nouveau record de France. »

 

La compétition a débuté sur une note positive pour la France, un élan porteur, initié par Steven Henry, entraîneur national du groupe endurance. « Ce groupe est fort physiquement, disait-il tout en mesure, sans effervescence. On bat le record de France, on passe le deuxième tour. Mais ce que je note c’est que nous avons encore une belle marge de progression devant nous. Les gars qui composaient cette équipe aujourd’hui ne sont pas moins forts que les Britanniques, ou d’autres nations, ce qui leur manque encore c’est de la technique. C’est dans cette direction que nous devons aller. Cette performance nous relance dans la perspective de Rio, et ce soir cela démontre à ceux qui ne sont pas encore là qu’ils peuvent aussi nourrir des objectifs en poursuite par équipes. Damien (NDLR : Gaudin) a été un peu à la peine dans le dernier tour, et c’est le public qui le pousse à se sublimer. 4 mn 00 franchement on aurait signé des deux mains, des deux pieds, avant ces championnats du Monde. » Maintenant ce chrono est une base de travail vers l’horizon Brésil 2016. Une marque référence sur laquelle les bleus et leur staff vont pouvoir capitaliser dans les mois à venir… Un premier élan ! 

Hervé Bombrun